La chaire DEBATs à la réunion annuelle des chaires UNESCO françaises

Le 16 octobre dernier, la chaire DEBATs a participé à Paris à la réunion annuelle des chaires UNESCO françaises. Organisée par la CNFU, Commission nationale française pour l’UNESCO présidée depuis novembre 2014 par monsieur Daniel Janicot, cette journée a été l’occasion de faire le point sur les activités des différentes chaires – la France en compte à ce jour 33-, de définir les orientations pour l’année à venir, et de mettre en lumière les synergies qui pourraient à terme donner lieu à de nouveaux rapprochements et partenariats.

Les représentants de l’UNESCO, du Sénat, du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, du Ministère des Affaires Etrangères, du Groupement intergouvernemental pour le Développement (GID) ou encore de l’Agence Erasmus +, étaient présents lors de cette journée. Ils ont rappelé l‘importance du réseau des chaires françaises dans la mise en œuvre sur le terrain, grâce à la recherche, à l’enseignement et à la coopération, d’actions reflétant les valeurs et les idéaux de l’UNESCO : la paix, le développement humain et la cohésion sociale, grâce à l’éducation, la science, la culture, l’information et la communication. En effet, les chaires UNESCO ne sont pas des institutions mais bien des porteurs de projets concrets, s’appuyant sur des réseaux formés d’établissements d’enseignement supérieur français et partenaires.

Dans cette optique, l’importance de la francophonie comme langue fédératrice, et de l’interdisciplinarité – deux priorités affichées par la chaire DEBATs, a été soulignée.

L’an prochain, l’UNESCO qui a été créée à Londres en 1946, fêtera ses 70 ans. Elle a dans ce contexte déclaré l’année 2016 « Année de l’Education », une initiative qui fait suite à l’adoption en septembre 2015 à New York du nouvel Agenda mondial pour l’Education. Parmi les priorités de ce nouvel agenda se trouvent le renforcement du continuum entre éducation primaire, secondaire, enseignement professionnel et supérieur. Le parcours DEBATs, ouvert aux étudiants comme aux professionnels souhaitant compléter leur formation, entend ainsi réaffirmer son rôle dans une telle démarche. L’éducation inclusive et l’égalité de genre devant l’éducation constituent les autres objectifs majeurs de ce nouvel agenda.

Compte-tenu de la complexité des problèmes contemporains qui entremêlent questions environnementales, socio-culturelles, économiques et politiques- l’éducation doit non seulement devenir accessible à tous et à tout moment de la vie, mais également s’ouvrir à l’interdisciplinarité, seule à même de traiter cette complexité. Cette approche de l’éducation demande de la part des étudiants engagement et prise de risque qu’il est nécessaire d’encourager et de valider: c’est l’un des objectifs majeurs du parcours DEBATs. Autre objectif de ce parcours atypique qui propose un stage collectif de validation du Master 2 : mobiliser « l’intelligence collective » (nous reprenons ici les mots de monsieur François Taddéi aussi présent à la réunion) pour apporter des solutions concrètes à la question: comment associer développement durable, biodiversité et aménagement des territoires?