COMBAZ David

Profil actualisé le 06.12.2012
photoM.  COMBAZ David
Adresse  :  468 rue de Baillarguet
34830 Clapiers – FRANCE
E-mail : david@combaz.com

CURSUS

Mes études universitaires en histoire, puis en biologie m’ont permis d’acquérir les outils théoriques nécessaires à la compréhension des interactions entre les sociétés humaines et leur environnement. Cette vision transversale que j’ai voulu cultiver m’a naturellement conduit à m’envisager en tant qu’acteur du développement durable.

En 2006, j’ai participé à créer une association étudiante « L’ouvre-tête », sur le campus de l’université Montpellier 2. Dans cette pépinière à projets conçue pour permettre aux étudiants de partager leurs idées, j’ai fait partie de l’organisation de la « Semaine de l’Environnement » depuis sa création en 2007 jusqu’à l’édition 2011. Les nombreuses rencontres et discussions menées dans ce contexte m’ont permis de redécouvrir l’écologie, dans ses approches scientifique, politique et sociale. C’est aussi
grâce aux adhérents et sympathisants de l’association que j’ai connu ma formation actuelle, ainsi que le master DAIT auquel j’ai commencé à m’intéresser.

Je me suis rapproché dans la même période de l’association CARI (Centre d’Actions et de Réalisation Internationales), ONG accréditée auprès de l’UNCCD menant une action de renforcement de capacités en agroécologie. J’ai effectué pour leur compte deux missions au Burkina Faso. La première consistait à identifier et rencontrer les participants potentiels à deux ateliers et séminaires de formation concernant le potentiel de l’agroécologie dans la lutte contre la désertification en Afrique de l’Ouest. La seconde consistait à en estimer les effets et l’impact sur le terrain, en termes de réalisations et de mise en réseau.

Mon stage de fin de M1, en Indonésie, me donnait 6 mois pour ouvrir des pistes en vue de la construction d’un indicateur de biodiversité floristique adapté aux plantations de palmier à huile, dans l’optique de rendre celles-ci plus « durables ». Organisé par le CIRAD, ce stage se déroulait principalement dans la division recherche et développement d’un des plus gros industriels du pays, engagé dans le processus RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil). Au delà des aspects scientifiques que j’abordais, j’étais confronté à un des thèmes brûlants de l’actualité écologique : la demande mondiale croissante en huiles végétales et le développement de l’Indonésie se heurtent à la volonté de conserver l’un des patrimoines naturels les plus riches de la planète, et à la nécessité de gérer un lourd bilan carbone gravement remis en cause. Pour aller au-delà de la guerre de position qui oppose certaines ONG environnementalistes et les industriels concernés, l’« agrobusiness » doit réussir à s’intégrer dans le paysage, mais aussi dans les tissus sociaux en place, où les populations locales peuvent être à la fois à la fois les victimes et les bénéficiaires de la déforestation à laquelle elles prennent part

Très intéressé par la politique, je me suis engagé en 2008 dans une commission consultative de ma commune, en charge du développement durable et de la mise en place d’un agenda 21. En parallèle, j’étais élu étudiant au sein du Conseil des Études et de la Vie Universitaire à l’UM2. J’ai commencé à me faire une vision de l’intérieur des processus de prise de décision dans les organismes publics. Le stage de fin d’année du master DAIT, une étude sociologique et institutionnelle centrée sur la mise en œuvre de Natura 2000 dans les territoire du Pic St Loup, m’a permis de mieux comprendre les jeux d’acteurs au cœur des politiques d’aménagement intégré du territoire, mais aussi et surtout l’importance des représentations locales dans la réussite ou l’échec de ces politiques.

Je suis aujourd’hui en train de me spécialiser dans les politiques de gestion des ressources forestières, dans le cadre d’un mastère spécialisé au sein d’AgroParisTech, en partenariat avec l’école des Hautes Études Commerciales.

CV

SITUATION ACTUELLE ET PROJETS

EN RECHERCHE DE STAGE ! (A bon entendeur…). Je souhaite intégrer un poste d’interface dans la définition ou la mise en œuvre de projets de développement centrés sur une exploitation durable et raisonnée des ressources forestières, que ces dernières soient ligneuses ou non ligneuses.

Citation préférée
Chacun est responsable de tous, et moi plus que les autres.

CENTRES D’INTÉRÊT ET RECHERCHES PARTICULIÈRES

Biodiversité, développement, appui communautaire, animation de réseau, gestion participative.