L’enseignement

amazonas-bresil-varzea-photo-melanie-congretel

L’enseignement du parcours DEBATs est construit autour de quatre unités d’enseignements (UE) obligatoires et deux unités d’enseignements optionnelles. → Voir l’organisation du parcours

Unités d’enseignement obligatoires :

Tronc commun : Démarches interdisciplinaires en environnement (UE commune aux parcours EDTS-DEBATs, EDTS-AST et EDTS-AE)
Responsable : R. Dumez(MNHN)
Crédits ECTS : 6
Description : Les sociétés humaines entretiennent des relations complexes avec leur environnement. Pour comprendre et analyser ces interactions, il importe de développer une approche interdisciplinaire. Cette unité d’enseignement propose de dépasser les clivages disciplinaires et cherche à favoriser le dialogue entre étudiants de cursus différents et chercheurs de domaines variés. Elle propose d’appréhender cette interdisciplinarité autour de grandes thématiques et à travers des exemples de projets ou de programmes de recherche pluri- et interdisciplinaires.

Aménagement des territoires : institutions, acteurs, ressources et outils  (ATIA)
Responsable : F. Pinton (AgroParisTech)
Crédits ECTS : 9
Description : Cette UE a pour objectif de présenter les acteurs privés et publics en charge de la gestion des territoires et/ou du développement local, d’analyser leur mode de coordination et de coopération et les actions qu’ils mettent en œuvre dans différents pays.  Elle doit permettre aux étudiants de maîtriser les outils de l’analyse territoriale. Elle s’organise en quatre modules complémentaires qui permettent d’appréhender les multiples façons d’aborder et de d’agir sur les territoires. De nombreuses études de cas sont présentées (pays industrialisés et pays du Sud). Les étudiants sont enfin entraînés, à partir de l’expérience du terrain,  aux diagnostics de territoire.

Aménagement des territoires et gestion de la biodiversité (ATGB)
Responsable : N. Machon (MNHN)
Crédits ECTS : 9
Description : Cette UE vise à permettre aux étudiants d’acquérir les bases ou approfondir leurs connaissances en écologie et gestion écologique de la biodiversité, et de comprendre les impacts des activités humaines sur la biodiversité. Différents milieux seront abordés : terrestres et aquatiques, urbains, agricoles et forestiers. Il s’agira, par ailleurs, d’apprendre à analyser les processus de patrimonialisation d’objets environnementaux à l’échelle des territoires à partir des outils des sciences sociales. Le programme de l’UE comprend des sessions de cours (écologie, conservation…), un TP sur les mesures compensatoires, ainsi qu’un travail pratique de projet d’aménagement urbain avec évaluation des effets sur la biodiversité, qui sera effectué par le groupe tout au long du semestre.

Gestion de projets, méthodologies et applications GPMA (séminaire interne, anciens, SIG, Gestion conflits, enquêtes, …)
Responsable : I. Le Viol (MNHN)
Crédits ECTS : 6
Description : Cette UE vise à faire acquérir aux étudiants des données de base en droit de l’environnement et de l’urbanisme, et différents outils techniques (SIG, conflits de territoires, gestion des conflits, enquêtes, communication). Des activités complémentaires permettent aussi aux étudiants d’échanger entre eux et avec les étudiants des promotions précédentes sur leurs compétences, expériences et culture. Au programme de l’UE : présentation de conflits territoriaux, jeux de rôle et  gestion des conflits, cours et TD d’enquêtes, cours et TD de droit, cours de communication, TP de SIG et organisation d’un séminaire par les étudiants.

Unités d’enseignement optionnelles :

Agroécosystèmes tropicaux
UE commune aux parcours EDTS-DEBATs et EDTS-AST
Responsable : F. Léger (AgroParisTech)
Crédits ECTS : 3
Objectifs : Initier aux spécificités écologiques, économiques et sociales des agrosystèmes des régions chaudes et des pays tropicaux et à leurs formes particulières de gestion des ressources naturelles. Les enseignements, appuyés sur des études régionales dans différents continents, visent en articulier à faire comprendre les déterminants des agricultures familiales, les interactions entre celle-ci et les agricultures « industrielles », les contradictions nées des superpositions de régimes de droits relatifs à la gestion des ressources (coutumiers ou « modernes »), des effets des dispositifs de politiques publiques sur les sociétés paysannes locales.

Villes vivrières
UE commune aux parcours EDTS-DEBATs et EDTS-AST
Responsable : B. Lizet (MNHN)
Crédits ECTS : 3
Description : ce module traite de la réorganisation des systèmes alimentaires dans les contextes urbains (la ville et ses périphéries). La pluridiscplinarité est au cœur de la démarche. Sont conviés des chercheurs en sciences humains et sociales, en agroécologie et des professionnels (paysagistes et responsables associatifs, aménageurs gestionnaires, etc). La diversité des postures et des terrains (France et étranger) offre des éclairages divers et complémentaires. L’enseignement est strcturé autour de sessions thématiques qui changent chaque année, par exemple sur la diversité des formes d’agriculture urbaine, petit élevage, maraîchage périurbain et question foncière, avenir des vergers et des potagers, ville vivrière et pollution.

Modules obligatoires

A ces unités d’enseignement s’ajoutent les modules obligatoires suivants :

Voyage d’étude
Responsable : F. Pinton
Crédits ECTS : 3
Description : ce voyage vise à confronter les étudiants à la réalité de l’organisation d’un territoire, en leur faisant rencontrer les différents acteurs (publics et privés) de l’aménagement de l’espace et de sa gestion. On insistera sur le traitement des questions environnementales et  agricoles et les choix de développement mis en avant. Le voyage, d’une durée d’une semaine, sera préparé en amont et fera l’objet d’un rapport.

Stage professionnel
Responsabilité tournante.
Crédits ECTS : 24
Cette formation offre la possibilité d’un stage collectif au second semestre. Le sujet est élaboré par l’équipe pédagogique universitaire en partenariat avec des  collectivités locales ou des structures professionnelles. Les étudiants doivent fournir en fin de stage un rapport écrit, soutenu oralement en juin devant les commanditaires et un jury. Le stage se déroule sous la direction d’une structure professionnelle (bureaux d’étude, espaces protégés, collectivité territoriale, entreprise privée …) et  d’un chercheur ou d’un enseignant-chercheur du Muséum national d’histoire naturelle, d’AgroParisTech, ou d’un autre organisme (université, CNRS, INRA, IRD …).
Les  étudiants souhaitant effectuer un stage  individuel, compte tenu de leur projet professionnel, en ont la possibilité sous réserve de le trouver eux même. Ils défendent oralement leur travail en septembre.